La convention collective des enseignantes et enseignants comporte deux volets qui font l’objet d’ententes négociées à des tables de négociation distinctes.

Tout d’abord, les conditions de travail propres au personnel enseignant se négocient à la table sectorielle. En préparation de la ronde de négociations en vue du renouvèlement des conventions collectives en 2023, la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) a procédé à une vaste consultation de ses membres au début de l’année 2022.

On peut consulter les faits saillants de cette consultation ici.
Les demandes syndicales seront déposées en octobre 2022. La Loi sur les normes du travail prévoit que l’employeur a 60 jours pour répondre à la partie syndicale. C’est après la réception de la réponse – les demandes patronales – que les négociations commencent. Selon les délais prévus à la loi, ce sera en début d’année 2023.

De leur côté, les conditions communes aux travailleuses et travailleurs des services publics, telles que les augmentations de salaire, la retraite, les droits parentaux et les disparités régionales, sont négociées par la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) à la table centrale. La CSQ, la CSN et la FTQ ont annoncé, le 3 avril 2022, la constitution du Front commun pour négocier ces conditions.

La FSE-CSQ tiendra les enseignantes et enseignants informés des développements aux tables de négociation, notamment par sa page Facebook et des bulletins Info négo.